Une belle histoire du PGA Tour au Travelers Championship

Que de rebondissements dans ce Travelers Championship. Tout peut arriver en golf et la victoire ne s'attribue jamais avant que le dernier putt ne s'immobilise au fond du trou, ou qu'une approche brillante autant qu'improbable ne vienne créer l'événement.

Le trou numéro 10 a d'abord été le théâtre du premier renversement de la journée à River Highlands. Ken Duke manque son coup de fer et l'expédie directement dans les arbres pour un par presque impossible à sauver. Soudain, la balle rebondit fermement sur une branche et rejoint le green. Elle se rapproche suffisamment du trou pour espérer le birdie, poursuit encore sa course et finit par rentrer ! Cet eagle de Ken Duke relance le tournoi.

L'homme sans victoire sur le PGA Tour sauve ainsi 3 coups sur le même trou et se joint à la course pour la gagne du Travelers Championship, ici à Cromwell dans le Connecticut. Le vétéran du PGA Tour passe ensuite en tête au 16 à la faveur de 4 birdies signés sur le retour. Il est leader au clubhouse pour attendre que les derniers golfeurs sur le parcours rendent leur carte.

Avec un score de 12 coups sous le par, Ken Duke voit peu à peu le nombre des prétendants à un éventuel play-off diminuer. Seul Chris Stroud, peut encore le rejoindre s'il signe un birdie sur le 72ème trou. Son drive puissant passe la route située à 100 yards du green, preuve d'un tee-shot remarquable, et lui laisse un petit coup de sand-wedge pour attaquer le drapeau. La distance qu'il reste à parcourir est très courte, presque malheureusement trop courte car il devient difficile d'imprimer à la balle l'effet backspin qui lui permet de se stopper rapidement après ses trois premiers rebonds sur le green.

La balle de golf de Chris Stroud rebondit à la hauteur du drapeau sur un green ferme et ne s'immobilise qu'après avoir quitté le green de quelques mètres. Il ne reste alors au jeune texan qu'à rentrer son approche depuis le bord du green pour obtenir son ticket pour le play-off. De son côté, Ken Duke observe la situation. Lui qui n'a jamais gagné sur le circuit américain sait que ses chances de remporter la victoire directement sont grandes. Un chip d'une vingtaine de mètres, en descente, avec pente gauche-droite n'offre que 2 à 3% de chances à Chris Stroud.

Avec deux places de second pour seuls trophées à épingler à son tableau de chasse, Ken Duke mérite cette consécration pour ses 25 ans d'exercice sur le PGA Tour. Il sait aussi que cette opportunité est probablement la dernière chance de sa carrière de remporter un titre sur le circuit professionnel. C'est dans cet état d'esprit que Ken Duke regarde Chris Stroud exécuter son chip depuis l'arrière du green.

Tout de suite, le coup semble en ligne et sort du club de golf avec suffisamment d'allure pour couvrir la distance jusqu'au drapeau. La balle arrive vers le trou avec beaucoup de vitesse, certes, mais s'appuie sur la hampe et l'inattendu survient. L'exploit de Chris Stroud fait monter la clameur dans les tribunes. Ken Duke qui connait bien le jeu de golf doit à ce moment du match se dire qu'il n'a pas droit au petit coup de pouce du destin. C'est donc en play-off que les deux joueurs de golf vont se départager. Sur ce dernier trou du Travelers Championship, DeLaet réalise un superbe up-&-down de 90 mètres pour un birdie qui lui donne la troisième place tout seul devant Bubba Watson qui finit à -10.

Le premier trou du play-off s'engage. Stroud drive magnifiquement sur le 18 qu'il est prévu de jouer deux fois avant que, le cas échéant, le play-off en sudden death ne demande de continuer sur un troisième trou. Son coup est une copie quasiment conforme à son tee-shot du 72ème trou. Ken Duke, par contre, va manquer sa mise en jeu et terminer dans le rough de gauche. La balle est liée bien plus haute que les pieds, mais donne bon espoir d'attraper un morceau de green du fait qu'elle se trouve du bon côté du trou et que l'angle est ouvert sur le drapeau. Duke qui se trouve 60 mètres plus court que Chris Stroud joue en premier. Le coup ne tolère que peu d'erreur s'il souhaite rejoindre le green. L'exécution du coup est superbe. Elle permet à Ken Duke de placer sa balle à hauteur du drapeau, à 12 mètres sur la gauche du trou.

C'est alors à Chris Stroud de jouer son coup de wedge depuis le fairway. A l'image de son 18ème trou régulier, son coup de courte distance demande une assez grande quantité de place sur le green pour stopper la balle. Son idée, puisque son concurrent est assez loin du trou est de coller sa balle au drapeau davantage que de prendre une marge de sécurité. Le coup qu'il exécute présente donc un certain risque. La balle de Stroud part en ligne subit légèrement le vent qui pousse à droite, mais la puissance du coup est insuffisante pour atteindre le green et sa balle finit sa course dans le bunker. L'avantage tourne instantanément à Ken Duke dont le premier putt merveilleusement dosé lui offre un tap-in de 20 cm.

De son côté, Chris Stroud reste à deux mètres du trou à l'issue de sa sortie de bunker. Le putt est en montée avec peu de dérive latéral. Pour cette fois, la balance va pencher en faveur du jeune texan qui rentre son putt et retourne avec Ken Duke pour jouer le 18 une troisième fois de la journée. Le Travelers Championship procure cette année encore une fin de tournoi palpitante à son public.

Chris Stroud a toujours l'honneur et envoie une fois de plus un drive plein centre qui passe la route. Cette fois-ci Ken Duke trouve le fairway, sa balle frôle le bord de fairway à droite et roule le long du rough sans jamais s'y freiner. Le drive est assez long cette fois pour offrir à Ken Duke un coup franc vers le drapeau. Le coup joué d'une centaine de mètres rebondit juste dans le green, 10 mètres court du drapeau et se fixe à 80 centimètres du trou. Stroud joue à son tour un coup qui, une nouvelle fois, ne s'arrête pas sur le green ferme du TPC River Highlands.

Stroud doit alors rentrer un putt de huit mètres en descente qui ressemble beaucoup à la seconde partie de son chip glorieux. Le coup est très bien réalisé mais à 3 mètres du trou, on sent que la balle est passée sous la ligne. Ce sera un par pour Chris Stroud qui s'en remet maintenant à Ken Duke. Le golfeur de 44 ans passe un certain temps à regarder vers le sol pour trouver l'équilibre qui lui permettra de s'engager au mieux dans ce qu'il considère sûrement comme l'un des trois coups les plus importants de sa carrière - si ce n'est le plus important car il lui offrirait sa première victoire sur le Tour -. La balle rentre plein trou. La victoire est belle, l'instant émouvant pour un petit couteau du PGA Tour qui trouve enfin une reconnaissance et la satisfaction personnelle dans sa vie professionnelle. Il se hisse à la 20ème place de la FedEx Cup et aborde serein le AT&T à Bethesda au Congressional Country Club la semaine prochaine. 13-06-23

retour vers les news de golf


CONTACTEZ - NOUS !

contact

Pour tout renseignement sur les stages, les séjours Golf avec Hôtel et nos différentes formules...

Rendez-vous sur notre PAGE CONTACT

contacter par courriel - adresse e-mail
téléphone - contacter téléphoniquement

Notes


Ce sont deux histoires qui se sont écrites sur cette édition. L'un, golfeur courageux, qui affronte les difficultés du professionnalisme et l'adversité de ce monde concurrentiel, trouve la reconnaissance et la fierté d'accrocher un tournoi d'importance dans sa seconde partie de carrière.

L'autre, plein d'avenir et fort d'un potentiel de jeu d'une grande efficacité sur cette semaine de golf, cherche à écourter le match en serrant le drapeau. Comme si la puissance de son drive devait conduire son second coup à être obligatoirement plus proche du trou que son adversaire plus court !

A la suite de ce drive très proche du green, la vérité de ce coup de 60 mètres est qu'il présente une part de danger dès lors qu'on cherche à s'approcher du drapeau. Le taux de backspin est moindre qu'en jouant de 80 ou 90 mètres. De plus, la balle n'arrive pas de suffisamment haut pour déformer la texture du green et en profiter pour perdre de la vitesse sur son premier rebond.

La seule chose positive qu'offre le coup de Stroud est de lui offrir un coup avec une forte marge de tolérance s'il choisit de jouer 5 mètres à gauche. Mais ce n'est pas le choix que le jeune golfeur a fait. Il a simplement trop cherché à tuer le match. La punition est sans appel. Il devra attendre une nouvelle occasion pour épingler un titre à son palmarès. Chaque coup de golf doit être respecté et l'impatience conduit à faire de mauvais choix stratégiques.

La patience et l'acceptation du golfeur expérimenté a payé cette fois-ci encore. Une sacrée leçon de golf pour le jeune homme qui, nous l'espérons, mettra à contribution cette expérience pour en tirer une information positive. C'est peut-être un mal pour un bien. Riche des enseignements de cette mésaventure, il gagnera peut-être un tournoi d'envergure en appréciant mieux la situation à négocier au moment crucial de la construction d'une victoire.

Il reste à noter que, d'un point de vue technique, un joueur de golf comme Lee Trevino aurait su augmenter le taux de backspin et produire le side-spin nécessaire vers la droite en jouant un coup coupé. En arrivant par la gauche, certains joueurs naturellement talentueux pour ce coup auraient sûrement aborder ce coup avec plus de tranquillité, de tolérance et d'efficacité.