Victoire de la jeune génération de golfeurs sur le PGA Tour

Côté américain, Kevin Streelman s’impose pour la première fois de sa carrière sur le PGA Tour dans l'Open de Palm Harbor. Un solide dernier round en 4 sous le par lui permet de remporter l’épreuve avec deux coups sur son dauphin, lui évitant ainsi le stress des victoires arrachées d’un seul coup de golf d’avance.

Avec les deux premiers tours extrêmement exigeants en termes de niveau de jeu, on constate que les futurs leaders du classement final sont en moyennes à un sous le par après 36 trous. Seuls Sergio Garcia et Shawn Stefani ont poussé au-delà, jusqu’a -7 après deux jours pour Shawn Stefani qu’il convient maintenant de surveiller car il a ici montré son talent dans ce début d’Open de Palm Harbor.

On apprécie le retour au premier plan de Boo Weekley, auteur, et de très loin, du meilleur tour final dans cet Open de Palm Harbor, ainsi que la constance retrouvée de Sergio Garcia qui s’approche tranquillement de la gagne en ce début de saison sur le PGA Tour.

Pour devenir un joueur complet, le golfeur confirmé doit pouvoir jouer par tous les temps. Il doit, notamment, pouvoir passer sur un mode "calme sous le vent" les jours où ça souffle. La technique demande quelques cours de golf afin de prendre la sensation, puis quelques parcours pour trouver ses distances en fonction de l'orientation et de l'intensité du vent. Tom Watson est considéré comme l'expert de ces conditions climatiques.

D'autant qu'il faut organiser sa stratégie autour du fait qu'un coup à 12 mètres du trou dans le vent équivaut à une balle éloignée de 5 mètres du drapeau par temps calme. Le joueur expérimenté laisse son score s'élever naturellement et veille principalement à éviter les sur-accidents. Le golfeur moins aguerri cherche à maintenir son score habituel et prend, pour cela, des risques qui le conduisent à la faute.

Il y a principalement deux manières d'abaisser sa trajectoire de balle en diminuant le taux de backspin. La première consiste à garder son swing habituel en nuançant la position de l'adresse et l'intensité du coup. 13-03-17

retour vers les news de golf


CONTACTEZ - NOUS !

contact

Pour tout renseignement sur les stages, les séjours Golf avec Hôtel et nos différentes formules...

Rendez-vous sur notre PAGE CONTACT

contacter par courriel - adresse e-mail
téléphone - contacter téléphoniquement

Notes


Il n'est jamais facile de jouer dans le vent, surtout lorsque le golfeur est habitué depuis des semaines à négocier des parcours aux conditions climatiques calmes.

"Quand ça souffle, jouez lentement" disent les joueurs de golf britanniques. Le swing de golf plus calme donne moins de vitesse à la frappe et moins de loft à la tête de club. Les deux composantes agissent pour réduire le taux de backspin est conduisent à garder la balle plus proche du sol, plus plate et moins sensible au vent.

Une heure en cours de golf individuel avec un coach expérimenté suffit à trouver les réglage de swing. Il convient de réduire très légèrement l'écartement du stance et de baisser de 2 ou 3 centimètres, tout au plus, les mains sur le grip. Le joueur doit ensuite réaliser un swing plus doux, avec un peu moins de longueur de swing à l'élan et moins de tensions ressenties dans son corps. La balle perd une dizaine de mètres en puissance par temps calme, vole un tiers plus bas et s'arrête bien moins facilement sur le green.

Pour la seconde méthode de golf, le joueur cherche à sous-lofter la face tout en produisant une frappe plus plate. L'association de ces composantes produit un départ de balle plus plat et, bien sûr, génère moins de backspin. Cette technique, nécessaire au joueur de bon niveau, demande une série de cours de golf car il s'agit de s'appuyer sur son swing habituel pour ensuite lui imprimer des nuances. Cette technique de frappe plate est également incontournable pour maîtriser le jeu de wedges et réaliser davantage de birdies sur les courts pars 4 et le par 5.

Afin de nuancer l'empilement du club, des mains et des bras dans la zone d'impact, le joueur doit créer un autre monde que celui du plein-swing. Le cours de golf prend pour base de départ le chipping en balle levée, face normalement ouverte dans la prise d'élan, pour créer un décalage entre le manche et les mains. L'idée est ensuite de maintenir le décalage dans l'action-retour et d'agir sur la fermeture de la face à l'image de ce que réalisait Ben Hogan. La technique a été ensuite reprise par Tiger Woods lorsqu'il exécute son stinger.

La ligne de compression, vue de face, entre le bras gauche et le manche, est alors très infléchie vers l'avant. Pour Tiger Woods, l'angle approche les 15 degrés. Parallèlement, l'angle d'attaque ne se verticalise pas d'autant et produit une frappe plus plate que sur un coup de golf normal. L'angle de compression de 15° réduit d'autant le loft de la face et conduit aux qualités recherchées d'un angle de lancement plus bas et d'une quantité de backspin réduite.