A bien jouer au golf depuis plusieurs compétitions, on gagne

À Kuala Lumpur, au MayBank Open, l'anglais Lee Westwood domine rapidement le tournoi, seul devant, et termine avec 7 coups d’avance sur ses trois poursuivants. Son solide score de 4 sous le par ce dimanche le place à -18. Rappelons que l'ancien numéro 1 européen était remonté à la 36ème place mondiale la semaine du Masters. Il gagne en Malaisie les points qui mettent fin à sa rétrogradation progressive de ces précédentes années.

Le backswing de Lee Westwood avec son driver

Bernd Wiesberger, à la faveur de son 67, gagne sa place de second ex aequo avec Louis Oosthuysen et le francophone Nicolas Colsaerts qui manque l’occasion d’arracher une seconde place tout seul. Son drive au 18 trouve d’abord le rough de gauche, l’empêchant de jouer le green en deux. Suite à son coup de replacement, l’attaque de green au sand-wedge est pullée 13 mètres longues et à gauche laissant ainsi au golfeur belge très peu de chances de rentrer le birdie dont il avait besoin.

Le finish de Lee Westwood

À l’image du phénomène Victor Dubuisson en France, Nicolas Colsaerts, joueur de Ryder Cup il y a deux saisons, est une locomotive pour les golfeurs de son pays. Le nombre de joueurs qui satisfont aux exigences du brevet d’aptitude en Belgique a sensiblement augmenté depuis lors et les demandes de stages intensifs pendant les vacances d’été voient croître les inscriptions pour débuter le golf, ici en Région Sud, et passer la carte verte. Nul doute que Nicolas Colsaerts saura prendre sa chance la prochaine fois et régaler les golfeurs de Belgique.

Lee Westwood au putting pour remporter le tournoi

Egalement très bien placé après trois tours, Julien Quesne, le tricolore vainqueur sur le circuit européen la saison dernière, finit brillamment sur le 18 et termine un seul petit coup derrière ce trio. Le golfeur français intègre grâce à son joli birdie de clôture le top-120 mondial.

Le swing-retour de Matt Kuchar au RBC Heritage à Harbour Town

Quelques heures plus tard, sur le sol américain, au RBC Heritage, le vent s’est invité dans la dernière journée. Le premier à aborder le dernier trou en tête est Matt Kuchar. Juste derrière, l’anglais et ancien numéro 1 mondial Luke Donald colle l’américain à un seul petit coup. Le nouveau venu, Ben Martin, manque de prendre sérieusement le bouillon sur le dernier par 5 du 15. Son premier recentrage rebondit sur le tronc pour envoyer sa balle à angle droit de l’autre côté du fairway et son second recovery, un peu accroché, qui le maintient trop court et le contraint à un troisième coup de replacement. Il enchaîne, heureusement pour lui, par un joli coup de sand-wedge et un seul putt.

Le drive du 18 - Matt Kuchar au finish

Si bien placé depuis 6 semaines dans les tournois auxquels il participe, laisse échapper un coup avec un trois-putts au 17 et manque le green du 18 pour terminer dans le bunker. Il signe alors le coup du tournoi en rentrant son coup depuis le sable. Ce petit coup de pouce du destin, souvent l’apanage du futur vainqueur est bien mérité pour ce golfeur qui joue si bien depuis le début de saison. Matt Kuchar n’avait pas gagné depuis Muirfiel Village chez Jack Nicklaus en octobre dernier. En dépit de ce birdie, Matt Kuchar reste à portée de Luke Donald si ce dernier vient à signer lui aussi un birdie. Lui qui a joué 19 tours consécutifs le links de Harbour Town sans faire le birdie sur ce dernier trou va maintenant prendre sa chance.

Dernière mise en jeu pour Luke Donald

Le coup de 170 mètres, doublé d’un vent défavorable de près de 40 km/heure est terriblement exigeant, d’autant que l’obstacle d’eau à gauche impose la prudence. Le coup de l’anglais, prévu en draw pour rentrer par la partie droite du green, reste rectiligne. Une première partie du contrat est remplie en gardant la balle loin de l’obstacle d’eau de gauche, certes, mais il s’agissait de jouer un coup de golf gagnant. L’absence de draw génère davantage de backspin que la trajectoire souhaitée. La balle reste courte de 40 mètres sur la droite du green. Il faut désormais à Luke Donald un chip parfait qui trouve directement le trou pour forcer le play-off.

La sortie de bunker gagnante de Matt Kuchar au dernier trou pour birdie

John Huh, quelques mètres plus près du drapeau que Luke Donald à l’issue de leur mise en jeu attaque le green à son tour. Il délivre, vent contre, le coup de fer en draw dont Luke Donald avait besoin. Il place sa balle à un mètre du trou et s’offre, à l’instar de Matt Kuchar, l’un des rares birdies qu’on ait vu ce jour au 18 pour le dernier round du RBC Heritage.

Le poing de la victoire pour Matt Kuchar

Les statistiques sont là pour être malmenées, Luke Donald le sait bien. Sa technique de chipping est l’une des plus sûres au monde. L’anglais touche la balle parfaitement, le dosage est irréprochable et la balle approche le drapeau à la bonne vitesse. Le coup semble en ligne jusqu’au dernier mètre où il devient évident que la balle passera à droite. Pour dix centimètres à peine, Luke Donald concède le par pour prendre néanmoins une solide seconde place.

Le public de Harbouir Town acclamant Matt Kuchar

C'est donc avec un époustouflant 64 que Matt Kuchar met fin à sa série de derniers tours joués au-dessus du par alors qu’il est leader après 54 trous. Le joueur américain, tant apprécié du public pour sa philosophie du jeu et la joie qu’il dégage lorsqu’il joue au golf, grimpe encore au classement de la FedEx Cup et garde dans sa ligne de mire l’US Open au mois de juin. On note aussi la bonne performance du jeune golfeur Matthew Fitzpatrick qui s'était déjà offert le luxe de passer le cut au Masters la semaine dernière. 14-04-20

retour vers les news


CONTACTEZ - NOUS !

contact

Pour tout renseignement sur les stages, les séjours Golf avec Hôtel et nos différentes formules...

Rendez-vous sur notre PAGE CONTACT

contacter par courriel - adresse e-mail
téléphone - contacter téléphoniquement

Notes


Quel plaisir de voir Lee Westwood remporter un tournoi de golf. Lui qui est classifié comme un joueur de rang mondial et régulièrement sélectionné en Ryder Cup ne brillait plus sur le devant de la scène cette saison.

Le travail qu'il a opéré sur son swing de golf avec son coach finit par payer à l'occasion de cette compétition comptant pour le ranking européen. Finalement, même les joueurs de haut niveau profitent des cours de golf prodigué par leur entraîneur et bénéficient d'un regard extérieur expert pour améliorer leur swing.

De l'autre côté du Pacifique, le constat est le même pour Matt Kuchar qui a encore perfectionné son swing sur les practices de golf pendant les tournois et lors de la pause de l'intersaison. Les stages de petit jeu auxquels il a participé l'ont rendu très performant et confiant sur son chipping et sur les sorties de bunker.

C'est ici, depuis le sable, en rentrant sa sortie de bunker que Matt Kuchar remporte la compétition de golf en faisant valoir la force de son petit jeu. Avec un pitching et un chipping de qualité, un golfeur sait qu'il peut sauver les pars quand le green est manqué. Cela permet de se focaliser très positivement sur les attaque de drapeau et de maintenir le score lorsque le swing de fer n'est pas au rendez-vous sur un trou.