Les golfeurs du PGA Tour à Bay Hill chez Arnold Palmer

Après s’être bien replacé le troisième jour à la faveur d’un 66, Matt Every possède une confortable avance de trois coups lorsqu’il aborde le par 5 du 16 avec un score de -15. Ses poursuivants directs sont de taille puisqu’il s’agit de Keegan Bradley et d’Adam Scott, auteur d’un superbe 62 le premier tour. C’est alors que Matt Every manque son tee-shot de 15 mètres hors du fairway à droite. Sa balle de golf se retrouve dans le rough, mais sur un lie en sable. Le recentrage de Matt Every en balle basse est correctement réalisé et sa balle sort des bois d’une petite centaine de mètres. Mais elle touche le seul arbre, isolé en bout de rough, rebondit sur le tronc et recule. Matt Every, non seulement reste dans le rough, mais ne se donne aucune ouverture vers le green protégé par l’eau.

Le finish de Matt Every avec son driver

Adam Scott à -12 et attend que le leader libère le fairway pour sa mise en jeu. Il regarde et attend la décision de Matt Every qui voit doucement son score gonfler sur ce dernier par 5 et se retrouve confronté à un dilemme. Soit il tente le green au risque d’une catastrophe annoncée, de perdre toute son avance et pire encore, ou alors, il accepte de recentrer, une nouvelle fois, court de l’eau et de n’attaquer le green qu’à son 4ème coup. L’arbre est en plein dans sa ligne de jeu et, depuis le rough, aucun effet latéral ne sera possible.

Le second coup de recentrage de Matt Every sur le 16 de Bay Hill

Jusqu’à présent, les derniers groupes cumulent un total de +20. L'Arnold Palmer Invitational à Bay Hill fait un carnage chez les golfeurs en tête. Jason Kokrak qui partage la partie du leader est, lui, offensif sur ce par 5 du 16 et réussit à attraper le bunker du green en deux coups. Matt Every décide finalement de recentrer. Le coup de sand-wedge à suivre est joué long du drapeau pour éviter de faire empirer la situation. Adam Scott et Keegan Bradley peuvent enfin frapper leur coup de driver après une longue attente qui a permis à chacun de faire les comptes. Il y a donc un coup à jouer pour les deux golfeurs de la dernière partie car le par 5 du 16 à Bay Hill est atteignable en deux coups avec un long fer et parfois avec un fer moyen lorsque la mise en jeu est assez puissante. Tous deux sont de longs frappeurs du PGA Tour.

Adam Scott et Steve Williams discute l'attaque de green du 16, dernier par 5

Lorsque le premier putt de Matt Every manque sa cible, il sait qu’un eagle de Keegan Bradley ou d’Adam Scott les remettrait à égalité. Avec encore deux trous à jouer face à de tels joueurs de golf, Matt Every sent clairement que le tournoi peut lui échapper. Les deux golfeurs frappent puissamment et trouvent le fairway. Après une longue concertation avec Steve Williams, Scott délivre un coup de fer 4 en draw par la droite qui passe en distance le bunker de l’entrée et vient se déposer 6 mètres au-delà du trou. C’est le coup de golf qu’un champion comme Adam Scott doit produire pour renverser la situation et arracher le tournoi.

Un coup derrière sur le leaderbord, Keegan Bradley doit lui aussi réaliser un coup d’excellence pour se créer une opportunité. Maintenant que la balle d’Adam Scott est déjà placée pour l’eagle, c’est toujours plus dur de rééditer une telle performance une minute plus tard. Et c’est bel et bien ce qu’il fait, avec une trajectoire plus directe dont le backspin permet à la balle de s’arrêter encore plus proche du trou. S’il rentre l’eagle, le retour au score et la stimulation que cela va produire pourraient mettre une forte pression sur Matt Every dont le visage montre des signes de tension et de fatigue.

Keegan Bradley au finish avec son fer 6 au 17 de Bay Hill

Les deux joueurs de la dernière partie ont, d’une certaine manière, fait le plus dur sur le 16 et laissent, en tous cas, les moments dangereux du trou derrière eux. Une attaque de par 5 par au-dessus de l’eau est toujours risquée et dépasser le green pour se retrouver dans le rough avec un chip en descente vers l’obstacle d’eau rend souvent le retour difficile à négocier. Matt Every, sur le départ du dernier par 3, voit ces deux coups de golf atteindre le drapeau et subit probablement le stress de la situation. Il attend que Ian Poulter termine, assez péniblement, sur le green du 17 et le voilà à l’attaque de l’avant-dernier trou de Bay Hill.

La sortie de bunker de Matt Every sur le 17 de Bay Hill

Le coup de fer vient correctement par le centre du green pour chercher, en sécurité, le drapeau placé à droite mais manque de quelques mètres de puissance. La balle finit sa course dans le bunker à une quinzaine de mètres du trou. Tout semble alors s’inverser au score. Il est temps pour Matt Every de se remobiliser s’il souhaite avoir une chance de mettre à profit sa belle semaine. Sur le green précédent, Adam Scott s’apprête à jouer pour l’eagle. Le putt a la bonne ligne mais il est un peu rapide et reste au-dessus du trou. A son tour, Keegan Bradley prend sa chance et frôle le trou. A quelques mètres de là, Matt Every vient de rentrer dans le bunker pour tenter de sauver son par.

C’est alors qu’une grande déception envahie Bay Hill : Adam Scott manque son putt de retour et ne signe que le par pour rester à -12. Keegan Bradley réussit le birdie et le rejoint presque avec un score de -11. L’instant d’après, Matt Every réalise le coup qui sauve son tournoi. Sa sortie de bunker est magnifique, certes un peu forte, mais elle touche la hampe pour s’immobiliser à 25 cm du trou. Il peut regretter qu’elle ne soit pas rentrée mais doit sûrement apprécier que la balle n’ait pas dépassé de 3 mètres. Son partenaire du jour Jason Kokrak rentre, lui, un solide 3 mètres pour rester à -11 en compagnie de Keegan Bradley qui vient de décocher un coup de fer 6 sublime sur le dernier par 3 à 3 mètres du drapeau. Avec ce spectaculaire up-and-down depuis le sable, Matt Every sauve son par sur ce trou.

Adam Scott au follow-through de son swing

Suite à son bogey du 16, il conserve donc deux coups sur Adam Scott au moment de driver le dernier fairway de Bay Hill. La mise en jeu est parfaite pour Matt Every, il jette un coup d’œil derrière lui pour s’apercevoir qu’Adam Scott est en perte de vitesse. L’australien vient de trouver le bunker sur le 17. Si Adam Scott ne parvient pas à faire le par, Keegan Bradley restera donc le dernier joueur de golf sur le parcours à présenter une menace pour Matt Every avec son putt à venir pour le birdie. Sur le 18, Matt Every trouve la droite du fairway et attaque par la gauche et en fade le drapeau traditionnellement placé dans la languette à droite pour le 72ème trou du Arnold Palmer Invitational. Sa balle manque de fade et parcourt, du coup, quelques mètres de plus pour quitter le green, passer le fringe et se loger dans les 30 premiers centimètres de rough.

Le chip sur le 18 de Matt Every

En arrière sur le 17, tout se joue. Adam Scott a laissé sa balle sur la droite du trou et se réserve 2,5 mètres pour le par, alors que Keegan Bradley s’apprête à putter pour le birdie. Le coup est parfaitement réalisé et la balle de golf glisse droit vers le trou. L’américain passe ainsi à -12 alors que Matt Every est à -14 mais avec un chip depuis le rough délicat à doser. Adam Scott joue à son tour son troisième coup du 17 et manque à nouveau. S’en est donc terminé des espoirs de l’australien de remporter l'Arnold Palmer Invitational. En revanche, Keegan Bradley sait qu’il peut forcer le play-off en scorant un birdie sur le dernier par 4 du parcours.

Keegan Bradley frappe sa dernière mise en jeu avec un puissant coup de bois 3 qu’il place idéalement. Adam Scott lâche à gauche dans le rough et Matt Every entame sa routine pour jouer son chip. La balle est plus basse que les pieds, le green est rapide et en pente marquée de gauche vers la droite. Le contact de balle est excellent ainsi que le dosage du coup. La balle est déposée 20 cm à peine dans le green, par la gauche et glisse tranquillement vers le trou. Elle s’immobilise 4 pieds derrière le drapeau. Matt Every aura alors ce putt pour gagner le premier tournoi de sa jeune carrière et empocher un chèque qui représente davantage que ce qu’il a pu récolter dans toute un saison ces 5 dernières années sur le PGA Tour.

Keegan Bradley à l'impact lors du Arnold Palmer Invitational

Alors que Matt Every s’apprête à putter pour la gagne, Keegan Bradley regarde depuis le fairway et attend de savoir ce dont il retourne. Lui qui a déjà réalisé l’enchaînement birdie-17 et birdie-18 lors du troisième tour doit réitérer son exploit. Et le match est relancé lorsque Matt Every manque assez nettement sur droite. En signant un bogey, il redescend à -13 et se place à la portée d’un birdie de Keegan Bradley qui forcerait ainsi le play-off. Depuis le fairway, Keegan Bradley prépare son coup avec intensité, comme il en a l’habitude. La touche de balle est belle mais le coup de fer 9 manque d’une pointe de fade supplémentaire. La balle s’immobilise à hauteur mais neuf mètres à gauche du drapeau. C’est donc ce putt, que Tiger Woods a si souvent rentré pour gagner ce tournoi, que Keegan Bradley aura à maîtriser pour s’offrir une prolongation.

Matt Every remporte à Bay Hill le Arnold Palmer Invitational

Le putt est joué par la gauche, comme il se doit, et vient à la bonne vitesse. La balle prend une pente douce et régulière vers le trou, mais, sur le dernier mètre, poursuit une trajectoire rectiligne sans se rapprocher de sa cible. Le coup échoue au-dessus du trou, Keegan Bradley signe un par pour la seconde place et Matt Every remporte son premier tournoi en s’adjugeant l'Arnold Palmer Invitational. Il succède à Martin Laird, qui s’était imposé l’an passé, prend la 7ème place de la FedEx Cup et gagne sa place pour le Masters dans deux semaines. Ce ne sera, pour Matt Every, que le 4ème tournoi majeur auquel il prend part. Quant à Adam Scott, il manque de noyer sa balle sur son attaque de green et score un 76 pour terminer sa semaine à Bay Hill.

Nous le retrouverons la semaine prochaine au Valero Texas Open, sur le TPC San Antonio, avec un invité de dernière minute, Phil Mickelson, qui a rajouté ce tournoi à son programme pour se préparer au rendez-vous d’Augusta National.

Matt Every et Arnold Palmer pour la remise du trophée

Pour le tournoi de clôture du Sunshine Tour, George Koetzee aurait eu à cœur de mieux terminer sa dernière journée. Lui qui porte sur ses polos le logo du sponsor de l’épreuve voit Jacques Blaauw (66) et Jaco Van Zyl (67) prendre la deuxième et troisième place de l’Investec Cup. C’est Trevor Fisher Jr, qui a démarré son dernier tour à un coup de Coetzee, qui signe également un 66 de clôture pour s’imposer au Lost City Golf Club, l’un des merveilleux parcours dessinés par Gary Player à travers le monde. On rappelle son parcours signature à Taulane sur la Côte d’Azur, niché à mille mètres d’altitude, qui est chaque été un lieu de détente et de repos idéal pour vivre ses vacances de golf plus au frais que sur le littoral cannois. On y boit l’air tant il est pur. Pour le golfeur passionné, c’est un séjour golfique a savourer entre fairway, spa et une table gourmande, riche de la diversité de la cuisine du sud de la France. 14-03-23

retour vers les news


CONTACTEZ - NOUS !

contact

Pour tout renseignement sur les stages, les séjours Golf avec Hôtel et nos différentes formules...

Rendez-vous sur notre PAGE CONTACT

contacter par courriel - adresse e-mail
téléphone - contacter téléphoniquement

Notes


C'est l'un des tournois préférés de Tiger Woods et un excellent test avant le Masters. Les pars 5 sont attaquables mais demandent une bonne maîtrise de ses coups et de ses nerfs.

Rien de mieux pour préparer un golfeur au parcours d'Augusta National et procéder aux derniers réglages techniques. Quelques séances de débriefing sur le practice et les repères sont affûtés pour le premier tournoi majeur de la saison.

Le golf de compétition se nourrit de confiance et de projection à moyen terme. L'espoir de stabiliser son jeu pour les prochaines épreuves est la plus forte motivation des golfeurs, qu'ils soient débutant ou très bien classés. Cette dynamique suit le golfeur passionné sur des décennies. De ce fait, il est essentiel, pour cadrer cette énergie, d'avoir recours à un coach de golf pour orienter son évolution technique et gagner un temps précieux sur sa progression.

Les enseignants de golf sont là pour cette raison. Il vous aident à améliorer votre swing plus vite au travers des cours et des stages qu'ils dispensent.