On se régale sur la terrasse du Riviera à Pacific Palisades

Pacific Palisades, nous a encore offert un moment de golf agréable avec ses coups d'éclats, son suspens et le talent de ses joueurs. Au virage du 9, la dernière partie est déjà distancée par un groupe qui remonte dans cette dernière journée du Northern Trust Open. Dustin Johnson, longtemps aux avant-postes a terminé son parcours lorsque Bubba Watson, Jason allred et Brian Harman aborde le par 5 du 17. Ces trois golfeurs très en forme drivent remarquablement et trouve le fairway. Bubba Watson, plus long que ses partenaires a l'occasion sur cette attaque de green de 230 mètres de récolter un birdie supplémentaire et d'asseoir son avance.

Son coup, trop plein axe, le laisse dans le bunker de green. Jason Allred approche correctement et rentre un putt à mi-distance qui lui offre un birdie pour revenir à deux coups de Bubba Watson. Lorsque le puissant et fantasque gaucher s'apprête à jouer sa sortie de bunker, il a sûrement à l'esprit celle du trou numéro 6 qu'il a directement envoyée dans le trou pour un eagle et enclencher sa journée. Quand Bubba Watson sort un peu long, le putt de 4 mètres en descente droite-gauche à enquiller ne lui laisse que peu d'espoir pour un birdie.

Le dernier trou de Pacific Palisades pendant le Northern Trust Open

Le coup est joué de manière conservative et finit sa course à quelques centimètres sur la gauche. C'est ainsi que Brian Harman, gaucher lui aussi et Jason Allred se retrouve deux coups. Les trois joueurs réalisent une bonne mise en jeu. On attribue une mention spéciale à Bubba Watson qui drive bas et en fade, pour lui qui est gaucher, afin de contrer la pente de ce dernier fairway qui remonte vers le club house du Riviera Country Club.

Cette stratégie qu'il adopte pour sécuriser place néanmoins sa balle à hauteur de celle de ses partenaires de jeu. Brian Harman joue le premier, imprime trop de draw (pour un gaucher) à sa balle et se retrouve à une douzaine de mètres à droite du drapeau, mais bien à hauteur cependant. Jason Allred joue, lui, un coup très solide qui termine sa course à 7 mètres du trou. L'opportunité de revenir sur Dustin Johnson à la seconde place est réelle. Cet hypothétique birdie aurait encore davantage d'importance si Bubba Watson venait à manquer son attaque de green et signer un bogey. Ce serait tout simplement une place en play-off qui se présenterait pour Jason Allred.

Les regards se tournent donc vers Bubba Watson qui décide de jouer en léger fade pour contrer son lie où la balle repose plus haute que ses pieds. Le coup est splendide. Le choix de club est parfait et sa balle s'immobilise à 6 mètres du trou, légèrement à droite et courte, pour un putt en pleine montée, facile à négocier. Brian Harman ne réussit pas son lointain exploit et c'est au tour de Jason Allred de prendre sa chance.


Bubba Watson au Northern Trust Open

A seulement 7 mètres du trou, ce putt peut faire grimper la tension dans cette fin de tournoi à Pacific Palisades. Lorsque sa balle passe le trou, Bubba Watson peut souffler, lui qui est émotif n'est du genre à considérer que les dés sont jetés, même à 6 mètres en montée. Le public qui le connaît bien sait cela et perçoit la tension au moment où le golfeur rentre dans sa routine de putting. Bubba Watson qui n'a plus gagné sur le PGA Tour depuis sa flamboyante victoire au Masters 2012 comprend bien l'enjeu et en subit la pression.

Il s'agit surtout pour Bubba Watson de contrôler la distance de son putt pour se laisser un tap in immanquable. La vitesse de sa balle est excellente, juste assez douce pour ne pas dépasser le trou. On pense même qu'elle va s'échouer quelques centimètres avant le trou. Mais elle roule le tour nécessaire pour qu'elle atteigne le trou et s'y engouffre.

Avec ce titre au Northern Trust Open, Bubba Watson succède à John Merrick et remporte sa 5ème victoire en carrière. Il termine avec deux scores de 64 et le Riviera Country Club retentit sous les acclamations des golfeurs venus assister à l'épreuve. L'émotion submerge Bubba Watson qui fond en larme dans les bras de son épouse et de son petit garçon. Il gomme au passage la déception du Phoenix Open où il a laissé passer l'occasion de partie en play-off sur un putt relativement court.

On salue bien bas la performance de Victor Dubuisson qui passe un nouveau cut sur le PGA Tour et termine à la 40ème place. C'est un sans-faute sur le circuit américain qui lui permet d'accumuler des points vers une catégorie.

Victor Dubuisson sur le Riviera Country Club à Pacific Palisades

Sur le circuit européen, c'est Thomas Aiken qui tire son épingle du jeu et remporte l'Africa Open ainsi que le million d'euros qui vient avec. Il gagne son ticket pour le WGC Accenture Match Play Championship de la semaine prochaine à Dove Mountain. Le portugais Ricardo Santos avait d'abord placé la barre très haut en signant un 62 le premier jour ? C'est ensuite Emiliano Grillo qui prend progressivement la tête du tournoi. Avec un score de moins 20 à l'entame de son dernier tour, l'argentin possède plusieurs coups d'avance et peut nourrir de solides espoirs.

Lui qui progresse fortement depuis deux saison a déjà terminé second à Dubaï il y a quelques semaines. Malheureusement, pire que ça encore, il expédie ses coups de golf loin dans la flore africaine et se retrouve dès le premier trou avec un putt d'un mètre et demi pour signer un 8 sur le par 4. Il manque et signe un quintuple bogey pour démarrer son premier trou du dernier round. Il repart ensuite au combat pour accrocher une cinquième place.

Côté tricolore, Grégory Bourdy signe un bogey au 1 mais rend un superbe 65 au final qui lui permet de remonter au classement de la Race to Dubaï. C’est une semaine de repos qui attend une bonne partie du champ des golfeurs, l'action se passe en Arizona pour une nouvelle étape du Championnat du Monde de Match-Play. 14-02-16

retour vers les news


CONTACTEZ - NOUS !

contact

Pour tout renseignement sur les stages, les séjours Golf avec Hôtel et nos différentes formules...

Rendez-vous sur notre PAGE CONTACT

contacter par courriel - adresse e-mail
téléphone - contacter téléphoniquement

Notes


Quelle motivation pour tous les golfeurs que de penser qu’ils puissent gagner une vingtaine de mètres avec leurs mises en jeu au driver.

A cela, il n’y a pas de mystère mais simplement une logique mécanique qui respecte les lois de la physique. Cependant, toute la magie du golf consiste à traduire la réalité énergétique à l’univers humain des sensations et de la compréhension.

Dans cette quête, les joueurs expérimentés peuvent aider les moins aguerris. C’est le métier des enseignants de golf dont la principale prétention est de faire gagner un temps précieux aux passionnés qui n’ont pas des dizaines d’heures à consacrer à leur swing de golf.

La solution pour bénéficier de leur expérience consiste simplement à prendre un rendez-vous pour un premier cours de golf. Pour être exact, l’idéal est de réserver auprès du pro une série de trois ou quatre cours particuliers. Quelques heures doivent suffire pour comprendre le sens de travail et s’approprier les sensations du swing de golf.

Pour les joueurs qui aiment autant le golf pour les sensations de jeu que pour son aspect social et convivial, les cours collectifs de golf sont l’option parfaite pour progresser sur plusieurs semaines. Le coût réduit des leçons de groupe permet de profiter d’un enseignement collectif sur une longue période.

Pour ce qui est du thème précis de la puissance au départ des trous, l’essentiel est contenu dans la sensation d’énergie qui se trouve dans le club en mouvement. Evidemment, la mobilité qu’il faut autoriser aux différents éléments du swing de golf demande de faire des compromis avec la notion de contrôle.

En réalité, dès que le joueur perçoit que la mobilité conduit à la vitesse, et qu’il ressent par là-même qu’elle stabilise le swing, le cap est passé pour oser la liberté de l’énergie qui apporte puissance et constance.