Le seul australien sur le leaderbord s'impose au Texas Open

Lorsque la dernière partie entre sur le green du 16, Will McKenzie a déjà signé son 70. Il est à en compagnie de Daniel Summerhays à -7 devant Matt Kuchar et Andrew Loupe, tous deux à -6. Un seul golfeur est en tête avec deux coups d’avance à – 9, il est également le seul au milieu d’une cohorte de joueur américain, c’est l’australien Steven Bowditch. Brendon Todd signe un 68 (-4) meilleur score du jour.

follow-through de Steven Bowditch

Lorsque Daniel Summerhays manque son birdie sur le court par 4 du 17, Steven Bowditch maintient son avance et peut aborder le 17 plus sereinement. Il est le premier à jouer. Encore samedi il a utilisé son bois et tout pousse à sécuriser la mise en jeu pour tenter le birdie à la régulière avec un excellent coup de sand-wedge suivi d’un seul putt. L’australien décide pourtant de jouer le driver. Ce choix stratégique ne lui donne pas davantage de chance de réaliser un birdie. De plus, si cela se passe mal, le bogey arrive très vite. Et enfin, il n’y a aucune raison rationnelle pour qu’il utilise ce club.

Matt Kuchar en course pour la victoire au Valero Texas Open

Mais c’est ce qu’il sent sur l’instant. Le coup est légèrement lâché sur la droite et le vent se charge du reste. Steven Bowditch qui avait deux d’avance se retrouve à une cinquantaine de mètres du drapeau sur la droite, avec trop peu de green pour que son coup d’approche ne puisse s’arrêter et, surtout, il jouera depuis un lie pauvre qui ne laisse pas le droit à l’erreur en termes de contact de balle. Matt Kuchar et Andrew Loupe qui ont joué le trou au bois 3 jouent un coup de sand-wedge depuis le fairway et impriment l’effet rétro qui permet à la balle d’être très contrôlable suite à ses deux premiers rebonds sur le green. Ils se placent respectivement à 2 mètres pour Kuch’ et 1,5 mètres pour le nouveau venu.

Andrew Loupe au finish avec son driver

Depuis la droite du green sur son lie compliqué, Steven Bowditch réalise un coup superbe qui passe le trou de 10 mètres mais c’était ce qu’il pouvait espérer de mieux. Son premier putt est parfaitement dosé, reste certes un peu à droite, mais le offre un par. Au final, c’est un trou assez fatiguant nerveusement, dangereux et sans véritable chance de birdie, alors que ses deux partenaires du jour, Daniel Summerhays et Matt Kuchar puttent pour le birdie. Malheureusement pour eux, aucun ne rentre et cela fait bien les affaires de l’australien qui divise par deux la pression parce qu’il profite, non pas du seul coup nécessaire pour gagner, mais d’un second qui lui offre une marge de manœuvre et lui donne, le cas échéant, le droit à l’erreur.

Cependant, le dernier trou est un par 5 touchable en deux et personne n’est jamais à l’abri d’un excellent enchaînement. L’eagle est encore possible pour Andrew Loupe, ce qui placerait Steven Bowditch dans l’obligation de signer un birdie pour rester devant. C’est bien conscients de la situations que les trois joueurs de golf mettent en jeu le dernier trou du TPC San Antonio Valero Texas Open. Revenu à la sagesse, car c’est toujours le cas lorsqu’il ne reste qu’un trou à jouer, Steven Bowditch range son driver et joue au bois 3. On y voit toujours plus clair quand le dernier green est en vue. C'est instantanément une bonne partie de la pression qui retombe.

le challenging 18ème trou du TPC San Antonio

Malheureusement pour l’australien, sa balle prend juste assez d’effet de hook pour terminer sa course dans la redescente du rough de gauche, balle plus haute que les pieds mais avec un bogey pour gagner l’épreuve. De cet endroit compliqué, Steven Bowditch réalise un coup de recentrage parfait et place sa balle sur le fairway à 130 mètres du green. Ce coup présentait davantage de risque que l’attaque de green à venir, mais pour ce troisième coup, l’émotion va intervenir dans l’équation du golfeur.

Pour l’heure, Andrew loupe, tente ce dernier green du TPC San Antonio, protégé par l’eau sur sa droite. Le coup mesure 220 mètres et l’enjeu d’un birdie réussi est tout simplement pour lui de prendre une place de second. Le coup est proprement délivré, dérive légèrement vers la droite dans les airs mais touche le green. Cependant, la balle ne mord pas et glisse jusque dans le bunker derrière le green. A son tour, Steven Bowditch joue l’attaque de green au pitching-wedge. Le plus dur est maintenant passé : le coup de wedge retombe plein centre du green et redescend sur le plateau du bas, certes, mais avec 13 mètres à jouer et trois putts pour gagner, à moins qu’Andrew Loupe ne réalise un up-and-down depuis le sable pour l’eagle !

Steven Bowditch le 3ème jour sur son 3ème coup au 18

Si Andrew Loupe rentre sa sortie de bunker, il force Bowditch à faire deux putts pour le play-off. Le coup sort du sable plein axe, passe à seulement 5 cm sur la gauche du drapeau et file assez loin derrière le trou. Le boulet est passé très près pour Steven Bowditch. Aucun incident fâcheux n’est véritablement venu lui imposer de pression sur les deux derniers trous alors que les occasions de se faire malmener se sont révélées nombreuses. C’est donc avec un confortable coussin de sécurité qu’il aborde son premier putt. Le coup de golf est magnifiquement dosé, laisse Steven Bowditch à 40 centimètres et un putt pour sa première victoire sur le PGA Tour.

Andrew Loupe a ce putt de retour d’environ 5 mètres pour placer l’ultime dose de pression sur l’australien et espérer une erreur de sa part. Il manque malheureusement et signe seulement un par pour terminer 4ème en compagnie de Matt Kuchar qui en termine également après son chip depuis le rough derrière le green.

Steven Bowditch depuis le bunker le dernier jour du Valero Texas Open

Comme il a désormais, et de manière certaine, 2 putts pour gagner, Steven Bowditch joue doucement. Et il a raison de le faire : Son petit putt passe à gauche ! Heureusement donc, la balle s’immobilise à tout juste 15 cm derrière et lui offre un Tap-in immanquable pour remporter le Valero Texas Open. Les deux ans d’exemption qui viennent avec et, surtout, sa carte pour Augusta National dans deux semaines sont également très appréciables. Steven Bowditch, vainqueur en 2005 puis en 2010 sur web.com Tour trouve au Valero Texas Open sa première victoire sur le PGA Tour.

Steven Bowditch remporte le Valero Texas Open

Rendez-vous la semaine prochaine, de nouveau au Texas, au Shell Houston Open pour la dernière épreuve avant Augusta National. Nous serons encore bien nombreux à nous coucher tard pour assouvir notre passion du golf. 14-03-30

retour vers les news de golf


CONTACTEZ - NOUS !

contact

Pour tout renseignement sur les stages, les séjours Golf avec Hôtel et nos différentes formules...

Rendez-vous sur notre PAGE CONTACT

contacter par courriel - adresse e-mail
téléphone - contacter téléphoniquement

Notes


Un bel exemple de persévérance pour ce golfeur australien qui lutte depuis longtemps pour sécuriser sa place. Les coaches se sont succédés pour lui apporter à la fois un swing de golf plus performant et un mental qui résiste à la pression des tournois.

C'est clairement la confiance qui a longtemps fait défaut à ce joueur au swing pour le moins classique. Prendre confiance permet de simplifier l'approche de chaque coup et agit pour que la programmation de l'action se résume à l'essentiel de ce qui est nécessaire. Les activations liées à l'incertitude s'inhibe et le golfeur peut délivrer sur chaque coup le meilleur de son potentiel technique.