Une bataille passionnante à l'Omega Dubaï Desert Classic

La conclusion de l’Omega Dubaï Desert Classic nous a offert bien du suspens et des espoirs pour Romain Wattel notre golfeur présent sur le leaderbord. Dans cette fin de partie, il donne le maximum pour se rapprocher d’un play-off. C’était sans compter l’exploit à moitié miraculeux d’Emiliano Grillo qui attaque le green du 18 en prenant de la marge sur l’obstacle d’eau et frappe si fort sa balle qui percute de plein fouet les pancartes des tribunes.

La balle de golf rebondit alors en arrière et vient se placer sur le green. Mais rien n’est fait, le putt à rentrer mesure 23 mètres. Emiliano Grillo enquille son putt rentre pour un improbable eagle et ferme les portes d’un éventuel play-off à Romain Wattel, l’un de nos joueurs français en forme pour ce début de saison. Romain Wattel signe sa meilleure carte de la semaine pour finir à la 3ème place du tournoi.

Avec 4 birdies et eagle au 18 pour terminer, Emiliano Grillo coiffe au poteau Romain Wattel et passe un devant Stephen Gallacher. L’écossais, auteur d’un sublime retour en -9 hier pour prendre la tête du tournoi plante aussitôt de drapeau du 16 à 1 mètre du trou. Pendant ce temps-là, le golfeur de Floride Brooks Kopka rentre 2,80 au 17 pour passer à un coup de la tête et signer un birdie pour le play-off.

Stephen Gallacher transforme son birdie au 16 puis au 17 et se présente sur le dernier tee avec un coup d’avance. Il joue le dernier green en trois. L’attaque de green avec un sand-wedge est juste sublime. La balle de golf à hauteur du trou et rebondit 4 mètres derrière le drapeau et prend du backspin. L’effet rétro est, malheureusement pour Stephen Gallacher, si fort que la balle recule de 15 mètres au point de sortir du green pour se poser sur l’avant-green.

Jusqu’ici, le trou a été magnifiquement joué avec un driver qui touche le fairway et une attaque de green parfaitement dosée et alignée plein mat. Mais le golf est une science imparfaite et l’écossais, malgré son excellent niveau de jeu, doit batailler dur pour terminer le trou. Son premier putt reste court d’un bon mètre et voici Stephen Gallacher en passe de laisser échapper le tournoi alors qu’il joue si bien au golf dans cette dernière journée.

Comme bien souvent, les parties de golf se jouent sur un putt de quelques pieds. Stephen Gallacher rentre proprement son putt, s’adjuge le titre et remporte son 3ème tournoi sur le European Tour. 14-02-02

retour vers les news de golf


CONTACTEZ - NOUS !

contact

Pour tout renseignement sur les stages, les séjours Golf avec Hôtel et nos différentes formules...

Rendez-vous sur notre PAGE CONTACT

contacter par courriel - adresse e-mail
téléphone - contacter téléphoniquement

Notes


Le bon emploi du driver et du putter est incontournable pour réaliser un score performant sur le parcours de golf.

Pour un golfeur confirmé, c'est la maîtrise du driver qui est le premier point essentiel. Chez un joueur classé 15 ou 25, dès lors que le driver passe, la partie de golf du jour sera bonne.

La mise en jeu représente, en effet, quarante pourcents du jeu. C'est également le cas chez le joueur professionnel dont on sait qu'il passera probablement le cut à partir du moment où ses coups de départs touchent les fairways.

On a l'habitude de dire qu'un golfeur de circuit qui drive bien passe le cut. Lorsqu'en plus il putte efficacement, il intègre le top-10 parce qu'il sauve davantage de pars et rentre 4 ou 5 birdies dans son round de golf.

Enfin, c'est en exécutant de bons chips et des coups de pitching au drapeau qu'en golfeur de haut niveau parvient à remporter la victoire.

Dans l'ordre d'importance, il faut donc, en tout premier lieu, maîtriser le coup de départ avec le driver. Vient ensuite la performance au putting, surtout sur les putts de 3 et 4 pieds afin de sauver des pars en réalisant de solides approche-putt autour des greens. Pour le golfeur de circuit, il s'agit également de rentrer des putts de 5 ou 6 mètres afin de mettre à profit les excellents coups de fer et de wedge qu'il délivre pour se mettre en position de birdie.

Pour faire la différence avec le champ des joueurs de la compétition, ou pour jouer le meilleur score de sa saison lorsqu'on est joueur amateur, il s'agit d'avoir, au chipping comme au pitching, un toucher très précis sur la face de club afin de restituer, sur la trajectoire de balle, le dosage qu'on a visualisé. On n'est pas loin de "Drive, Chip and Putt" du programme américain pour les golfeurs juniors.