Phil Mickelson sera le golfeur de l'année

Le troisième tour du British Open offre de nombreux rebondissements en tête. C’est d’abord Tiger Woods qui prend le dessus sur Lee westwwod au 16. L’anglais en fâcheuse posture rentre un putt de 6 mètres pour s’épargner le double bogey sur un par 3. On voit alors le tigre en tête de The Open au départ du dernier tour et selon les statistiques, ses chances de remporter un tournoi majeur dans cette configuration sont importantes.

Mais c’est au tour de Tiger de boire la tasse au par 5 du 17 en scorant un bogey alors que Lee Westwood signe un birdie grâce à son putting remarquablement efficace. C’est donc lui qui tient la tête de l’Open et s’élancera en dernière partie aux côtés de Hunter Mahan.

Le sort veut à ce moment du British Open que trois des joueurs en haut du leaderbord soient entraînés par le coach Sean Foley. Une telle proportion de joueurs en tête le troisième jour ajouter à une victoire au final booste immédiatement une académie de golf. Son image serait alors rehaussée au point de passer très nettement devant David Leadbetter en légère perte de vitesse depuis dix ans et de se rivaliser fortement avec Buch Harmon. Un tel positionnement conduit les académies d’un coach de renom à dispenser un nombre accru de stages de golf et de cours particuliers aux joueurs qui souhaitent bénéficier de son enseignement.

Le tour final fait ouvre donc les paris sur une victoire hypothétique de bien des golfeurs. Henrik Stenson démarre fort quand Lee Westwood tient ferment les commandes jusqu’au par 3 du 7 où son choix du fer 9 constitue une première erreur au regard de la sélection d’autres golfeurs plus puissants que lui qui étaient restés courts avec un fer 8 en main. Sa balle est pluggée. Lee Westwood frôle la catastrophe et ne doit son salut, une fois de plus, qu’à un putting flamboyant. L’anglais rentre 5 mètres pour sauver son bogey.

Jiménez de son côté démarre trop conservateur au putting, manque assez nettement de vitesse sur les greens et manque ainsi les trois belles occasions de birdies qui s’offraient à lui pour se relancer dans l’Open Britannique. Tiger Wodds marque le pas lui aussi et c’est Adam Scott qui remonte progressivement. La charge la plus spectaculaire va d’abord venir de l’anglais Ian Poulter. Le tee-shot du 10 se joue contre les tribunes du 18, cela a sûrement stimulé le joueur de Ryder Cup qui délivre alors un drive puissant qui, évidemment, touche le fairway. Son second coup avec le bois de fairway place sa balle au cœur du green et la magie opère. Ian Poulter rentre l’eagle qui sera le début d’une belle série de trous remarquablement menés.

L’heure qui suivra sera tout feu, tout flamme : Ian Poulter enchaîne trois birdie suite à son eagle et se trouve à un coup de la tête, encore tenue par Westwood qui entame ses neufs trous du retour. Le coup de fer manqué de Poulter sur le dernier par 3 du 16 lui coûte cher, semble-t-il, à ce moment du British Open. Il bataille dur pour finir avec deux pars et l’une des plus belles cartes du jour.

Mais l’exploit arrive de plus loin, Phil Mickelson, peu présent à l’image en début de retransmission, opère une remontée exceptionnelle. Au moment où Lee Westwood et Adam Scott perdent inexorablement du terrain, Phil Mickelson rentre son birdie au par 3 du 16 et joue un coup remarquable sur le dernier par 5 du 17. Son coup de Brassie place sa balle de golf à quelques centimètres du trou pour un eagle qui lui donne 2 coups d’avance. Un ultime putt, à fort break droite-gauche, offre un dernier birdie à Leftie qui joue dans ce British Open le meilleur round de sa vie et s’impose de trois coups. 13-07-21

retour vers les news de golf


CONTACTEZ - NOUS !

contact

Pour tout renseignement sur les stages, les séjours Golf avec Hôtel et nos différentes formules...

Rendez-vous sur notre PAGE CONTACT

contacter par courriel - adresse e-mail
téléphone - contacter téléphoniquement

Notes


Mickelson s'adjuge ici son 5ème tournoi majeur et fait en deux semaines un bond au classement mondial.

Le golfeur gaucher montre qu'au-delà de la puissance, la capacité à adapter son jeu aux conditions écossaises et la qualité de son petit jeu lui permettent de tenir son rang à tout endroit de la planète.